Humidité de l'air
Le saviez-vous
  • Le saviez-vous
  • Les effets de la sécheresse et de l’humidité
  • Les solutions
  • Le saviez-vous ?

    Prévenir et traiter la pollution de l’air intérieur de nos logements est primordial pour préserver notre santé.

    La maîtrise de la qualité de l’air passe également par un contrôle du taux d’humidité à l'intérieur de la maison.

    En effet, respirer un air trop humide ou trop sec peut avoir des effets néfastes sur nos voies respiratoires.

    Les taux d’humidité des logements varient de manière importante entre les pays, les continents et les zones climatiques. D’après l’OMS, entre 10 et 50% des environnements intérieurs présentent un défaut d’humidité en Europe, Amérique du nord, Australie, Inde et Japon.

    On estime qu’un taux d’humidité optimal de l’air est compris entre 50 et 60%. Des solutions simples existent pour atteindre ce niveau optimal d’humidité et ainsi préserver notre confort et notre santé.
    Pour aller encore plus loin, téléchargez la monographie Rowenta
    Téléchargez le PDF
  • Les effets sur la santé d’une humidité mal maitrisée
    Les yeux
    Un air trop sec ou trop humide
    Risques pour la santé : Sécheresse oculaire, conjonctivites
    La peau
    Un air trop sec
    Risques pour la santé : Sécheresse extrême, eczéma, dermites
    Les voies respiratoires
    Un air trop humide
    Risques pour la santé : Sinusites et rhinites chroniques, infections pulmonaires, aggravation de l’asthme
    Les voies respiratoires
    Un air trop sec
    Risques pour la santé : Rhinites, rhinopharyngites, laryngites
    Air trop sec ou trop humide ?
    • Impacts sur la santé d’un air trop sec
      Impacts sur la santé d’un air trop sec

      On considère qu’un air est trop sec en-deçà de 30% d’humidité relative. Un air trop sec, au contact de la peau et des muqueuses riches en eau, cherche à se ré-humidifier et «capter» l’eau.

      Respirer quotidiennement un air trop sec peut ainsi entraîner des sécheresses de la peau, de l’eczéma, des dermites (rougeur de la peau) ainsi que des sécheresses oculaires ou des conjonctivites.

      Un air trop sec peut également indirectement favoriser le développement d’infections respiratoires chroniques telles que des rhinites, rhinopharyngites ou laryngites.

      Chez l’enfant, un air trop sec augmente l’irritation des muqueuses et la difficulté respiratoire et peut ainsi favoriser le développement des bronchiolites.

    • Impacts sur la santé d’un air trop humide
      Impacts sur la santé d’un air trop humide

      On considère qu’un air est trop humide au-delà de 70% d’humidité relative.

      Un air trop humide est associé à la prolifération de micro-organismes tels que les moisissures et les acariens, la mise en suspension de particules allergènes et aussi la libération de nombreux polluants chimiques dans l’air.

      Ces différents polluants, en pénétrant dans l’appareil respiratoire, peuvent être à l’origine d’infections chroniques et d’une détérioration progressive de la muqueuse respiratoire avec des conséquences telles que :
      - des pneumopathies, bronchites, bronchiolites - des sinusites, rhinites chroniques.

      Ils peuvent agresser la muqueuse oculaire (conjonctivites, atteintes de la surface oculaire). Respirer un air trop humide peut aussi aggraver les symptômes de l’asthme.

    Pour aller encore plus loin, téléchargez la monographie Rowenta
    Téléchargez le PDF
  • Les solutions

    Le contrôle du taux d’humidité est un paramètre clé pour avoir un air de qualité à la maison.. Gorge sèche, sécheresses cutanées, allergies, moisissures … Nous avons tous déjà ressenti les désagréments d’un air trop sec ou trop humide. Pour notre santé, à court comme à long terme, il est nécessaire de contrôler le taux d’humidité de la maison de manière optimale.

    On estime que l’humidité relative optimale d’une pièce doit être comprise entre 50% et 60% afin de permettre des échanges gazeux corrects et limiter le développement de micro-organismes et des infections.

    Des solutions existent pour maîtriser l’humidité de son air.

    • Aérer
      Aérer
      Toute l’année et en toute saison, renouveler l’air des pièces est bénéfique à votre santé.
    • Limiter les sources de pollution
      Limiter les sources de pollution
      Produits ménagers, cigarettes ou encore parfums d’intérieur contiennent de nombreuses substances toxiques.
    • Purifier
      Un purificateur d’air à filtres aide à lutter contre la pollution intérieure, notamment pour les personnes les plus sensibles comme les enfants, les personnes âgées ou les malades chroniques.
    • Maîtriser son humidité
      Le contrôle du taux d’humidité grâce à un appareil équipé d’un hygromètre est un paramètre clé pour avoir un air de qualité dans votre domicile.
    Les 7 bons gestes
    • 1 / 7
      Aérez tous les jours

      10 minutes d’aération suffisent pour renouveler l’air d’une pièce.

      Alors, été comme hiver, aérez votre appartement !

    • 2 / 7
      Entretenez votre système d’aération

      Pensez à nettoyer régulièrement vos grilles d’aération et vérifiez que vos meubles ou décorations ne les entravent pas.

      Pour les pièces humides, augmentez leur aération.

    • 3 / 7
      Faites sécher votre linge à l’extérieur de votre maison

      C’est important pour ne pas faire monter le taux d’humidité de votre intérieur.

    • 4 / 7
      Choisissez vos plantes avec soin

      Eviter les plantes vertes qui nécessitent un arrosage trop fréquent.

    • 5 / 7
      Limitez le chauffage

      En hiver, chauffez les pièces de vie en moyenne à 21°C pour votre confort et les chambres à 19°C.

    • 6 / 7
      Utilisez un humidificateur ou un déshumidificateur d’air

      Pour optimiser le taux d’humidité de votre logement.

    • 7 / 7
      Limiter l’utilisation de la climatisation

      Limiter l’utilisation de la climatisation qui a tendance à assécher l’air.